Tendinite du bras, ou tennis elbow, à Rennes

La tendinopathie, ou tendinite, ses causes et les traitements

Tendinite, ou tendinopathie ?

Les spécialistes emploient de plus en plus le terme de tendinopathie, de préférence à tendinite. Ces deux termes recouvrent la même affection. La cause principale de la tendinite ou tendinopathie est une inflammation d’un tendon ou de sa gaine. Les tendinopathies peuvent également être la conséquence d’une dégénérescence des fibres tendineuses. Les symptômes de la tendinopathie sont une douleur au niveau du tendon, avec parfois un gonflement de la zone concernée.

La tendinopathie touche essentiellement l’épaule (tendon du muscle supra-épineux), le tendon d’Achille, le genou (tendinite sous-rotulienne et de la patte d’oie), le coude (épicondylite), le poignet (tendinite de Quervain), la hanche (tendinite des adducteurs).

Quels sont les sujets les plus exposés aux tendinopathies ?

La tendinopathie est une affection très présente chez les sportifs. Elle ne se limite pas aux joueurs de tennis (tennis elbow) ou aux golfeurs, mais tout pratiquant d’une discipline sportive peut être sujet à une tendinite. Les causes sont multiples : sollicitation excessive du tendon, répétition du mouvement, échauffement insuffisant, mauvais geste technique, changement de matériel, etc.

La tendinopathie est également présente dans le monde professionnel, sans pour autant être toujours liée à un travail de force. Les musiciens, opérateurs sur ordinateurs utilisant une souris, travailleurs à la chaîne, entre autres, sont des professionnels sujets aux tendinopathies, parfois chroniques.

Les facteurs aggravants et les prédispositions aux tendinopathies

Certains facteurs favorisent l’apparition et le développement des tendinopathies. Cette pathologie est en effet plus présente :

  • chez les hommes,
  • chez les femmes lors de la ménopause,
  • chez les personnes en état de surpoids ou obésité,
  • chez les sujets âgés, à cause de la perte d’élasticité des tendons due au vieillissement,
  • chez les sujets souffrant de pathologies liées à une anomalie pathologique (par exemple la goutte) ou de rhumatismes inflammatoires,
  • chez les sujets présentant un trouble de la posture ou de la statique.

Les évolutions et complications de la tendinopathie

En l’absence de mise au repos du tendon, le temps nécessaire à la réparation des fibres peut être long, et occasionner une perte de souplesse et d’élasticité persistante. Dans des cas de tendinopathie sévère, une rupture tendineuse peut intervenir. Ces cas interviennent si le tendons est trop abimé, ou après un choc ou un effort violent. Le seul traitement de la tendinopathie est alors une opération chirurgicale.

Quel traitement pour la tendinite ?

Le repos, pour une meilleure cicatrisation du tendon

Le traitement de base d’une tendinopathie est le repos. Ne plus imposer au tendon les mouvements qui ont amené la tendinopathie permet sa cicatrisation. Le tendon peut alors retrouver ses capacités initiales de résistance et d’élasticité. Dans un premier temps, un repos total assorti éventuellement de la pose d’une orthèse ou d’un plâtre peut être prescrit. Il est important pendant cette phase de ne pas renouveler les gestes qui ont conduit à la tendinopathie. Une rééducation fonctionnelle, conduite par un kinésithérapeute, est rapidement mise en place.

L’alimentation, pour accélérer la guérison de la tendinopathie et éviter la récidive

Associée au repos du tendon, le régime alimentaire est un élément qui contribue à une guérison plus rapide. L’hydratation doit être importante. Il faut boire au moins 1,5 litre d’eau par jour, en évitant les eaux minérales acides (Perrier, San Pellegrino, etc.). L’alcool est également déconseillé. Le café est à éviter, tout comme le thé si vous l’aimez fort, les sodas et boissons trop sucrées. Certains fruits et légumes sont mauvais (Abricots, asperges, artichaut, choux de Bruxelles, rhubarbe, oignons, tomates, cresson par exemple). Evitez également les viandes rouges et grasses. Par contre, tous les produits alcalins sont bénéfiques.

La rééducation fonctionnelle, pour stimuler la régénération des fibres tendineuses

La rééducation fonctionnelle fait appel à différentes techniques. Des étirements, des exercices de renforcement excentrique, des ultrasons ou ondes de chocs radiales et des massages permettent à la fois de stimuler la production de nouvelles fibres de collagène, et à favoriser leur orientation longitudinale.

Les médicaments soulagent la douleur, sans soigner la tendinopathie

Une prescription médicamenteuse peut être ajoutée, pour soulager la douleur ou l’inflammation. Les antalgiques et anti-inflammatoires ont une action efficace contre la douleur. Toutefois, ils ne sont pas actifs pour la cicatrisation. Ils apportent un confort de vie appréciable, mais ils peuvent induire le patient en erreur sur la cicatrisation du tendon et l’évolution de la tendinopathie. Ils ne peuvent être qu’un recours ponctuel et limité.

Les infiltrations, lorsque repos et rééducation sont insuffisants

Certaines tendinopathies persistent malgré une mise au repos du tendon et une rééducation. Le médecin peut alors prescrire une infiltration. L’infiltration est une injection réalisée directement dans le tendon, ou à proximité immédiate. Les infiltrations d’anti-inflammatoires non stéroïdiens sont possibles, ainsi que l’usage de corticoïdes. Mais ces derniers ne produisent qu’un effet limité dans le temps, et ne favorisent en aucun cas une régénérescence plus rapide du tendon.

L’opération chirurgicale, le traitement ultime de la tendinopathie

L’intervention chirurgicale peut être envisagée lorsque le repos et la rééducation n’apportent aucune amélioration. L’intervention comprend des gestes différents selon la localisation : peignage du tendon, section d’un tendon, désinsertion musculaire, allongement tendineux, etc.

Les infiltrations de Plasmas Enrichis en Plaquettes

Parmi les traitements efficaces pour aider à la cicatrisation des tendons, le Plasma Enrichi en Plaquettes (ou PRP, Platelets Rich Plasma) apporte une solution correspondant parfaitement à certains cas et niveau d’évolution de la pathologie. Le plasma enrichi en plaquettes est issu du propre sang du patient, ce qui exclut toute contamination d’origine extérieure. Le plasma et les plaquettes sont isolés et collectés par centrifugation. Ils sont ensuite injectés directement dans le tendon souffrant de tendinopathie. Le plasma enrichi en plaquettes permet d’accélérer la cicatrisation. Le plasma Enrichi en Plaquettes améliore de manière notable les résultats lors du traitement des tendinopathies et déchirures musculaires.

Un spécialiste du traitement des tendinopathies par PRP à Rennes

Docteur Jallageas, spécialiste tendinite à RennesLe Docteur Raphael Jallageas est un précurseur du traitement des tendinopathies par injection de plasma enrichi en plaquettes à Rennes. Intervenant à l’hôpital Privé Sévigné (35) au sein de l’Institut Rennais de Chirurgie Orthopédique et de Médecine du Sport, c’est un spécialiste reconnu des tendinopathies, qui a réalisé sa thèse de doctorat sur la chirurgie du tendon d’Achille chez les sportifs.
Cet ancien handballeur de haut niveau a été médecin de l’équipe de France U16 de football. Il a également été un des médecins du sport qui ont permis le retour sur les terrains d’Hatem Ben Arfa, que les amateurs de football de Rennes et d’Ille et Vilaine connaissent bien. Il intervient au sein de l’UEFA Football Doctor Education Programme, qui enseigne les bonnes pratiques médicales en matière de sport aux médecins des cinquante-quatre pays représentés à l’UEFA.

Depuis plusieurs années, le Docteur Jallageas participe au développement des traitements par injection de plasma enrichi en plaquettes. Sa formation initiale et ses diverses collaborations font qu’il figure parmi des meilleurs spécialistes des tendinopathies à Rennes et en Bretagne.