chirurgie de l'hallux valgus Rennes-Bretagne - photo Lamiot creative commons

Qu’est-ce que l’hallux valgus, ou oignon, et quand le chirurgien doit-il l’opérer ?

Si le terme d’hallux valgus est bien connu de tous ceux qui souffrent de cette pathologie, il est le plus souvent évoqué sous le nom d’oignon. De la déformation disgracieuse et inconfortable à la véritable douleur, l’hallux valgus a longtemps été subi, et il fallait « faire avec ». Les progrès de la chirurgie orthopédique appliquée à l’hallux valgus permettent désormais de bien répondre aux patients en matière de confort et de suppression de la douleur.

La pathologie type du gros orteil

Hallux Valgus sur patiente de 70 ans, avant opération. l'hallux valgus atteint 40°. Photo Dr Yohann Fournier, chirurgien orthopédiste Rennes/Cesson-Sévigné.

Hallux Valgus sur patiente de 70 ans, avant opération. l’hallux valgus atteint 40°. Photo Dr Yohann Fournier/Ircoms Rennes.

L’hallux valgus est une déformation du gros orteil (hallux). Il s’incline vers les autres orteils, et la déformation fait apparaître une saillie osseuse. Celle-ci pose des problèmes de chaussage, avec une gêne qui peut être importante, et accompagnée de douleurs.

L’hallux valgus touche surtout les femmes. Si son évolution est accentuée avec l’âge, elle peut apparaître chez des sujets très jeunes, voire des enfants. L’usage de chaussures à talons hauts et bouts étroits est un facteur aggravant. L’origine congénitale de l’hallux valgus est avérée, et cette pathologie est héréditaire. La fréquence des cas constatée par les chirurgiens soignant l’hallux valgus en région Rennaise ou Bretagne n’est pas sensiblement supérieure aux chiffres hors d’Ille et Vilaine ou dans les autres régions.

La ménopause, qui entraîne le relâchement des structures fibreuses et un élargissement de l’avant-pied, peut aussi influer sur le développement de l’hallux valgus. De même, une anomalie du collagène ou certaines affections neuromusculaires ou rhumatismales peuvent exposer au risque d’hallux valgus.

Quelle est l’évolution de l’hallux valgus ?

Indépendamment de la douleur et de la gêne lors du port de chaussures, l’hallux valgus peut être classifié en trois types de sévérité. Le critère retenu est l’angle de déviation du gros orteil, associé aux effets de l’hallux valgus sur le pied et les autres orteils. On peut ainsi définir trois formes d’hallux valgus :

  • L’hallux valgus léger. La déviation du gros orteil reste légère, inférieure à 20°. L’emboitage du métatarse et de la phalange du gros orteil n’est pas encore affecté.
  • L’hallux valgus modéré. La déviation du gros orteil se situe dans une fourchette de 20° à 40°. Il est orienté vers l’extérieur du pied. Le déplacement de la phalange ne permet plus un emboitage normal. Le gros orteil et le second orteil entrent en conflit.
  • L’hallux valgus sévère. L’angle de la déviation dépasse 40°. Le gros orteil passe au-dessus ou au-dessous du deuxième orteil. La luxation de l’articulation est totale, et celle-ci perd toute mobilité.

La déformation du pied

Présente tout d’abord sur la partie médiale de l’articulation métatarso-phalangienne, la déformation occasionne une gêne au chaussage, évoluant vers une inflammation de la bourse séreuse, une bursite. La bourse séreuse est une poche remplie de liquide synovial, et elle assure le glissement des tendons et os.

La déformation, imitée au début au gros orteil, peut s’aggraver, pour atteindre tout le pied. La bursite augmente de volume, et le transfert de l’appui sur les orteils non atteints crée des hyper-appuis plantaires généralement douloureux. L’hyper-appui est une zone plantaire soumise à une pression plus forte du fait de la déformation du pied. On assiste alors à l’apparition de durillons sous le pied, ainsi que de cors sur les orteils latéraux. Ceux-ci évoluent vers une forme « en griffe ». Il faut noter cependant que les orteils en griffe ne sont pas liés uniquement à l’hallux valgus, et peuvent avoir pour cause d’autres pathologies ou des habitudes de chaussage.

Le diagnostic de l’hallux valgus

Le diagnostic de l’hallux valgus est simple : une saillie douloureuse de la face interne de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil (parfois avec bursite) associée à une accentuation du valgus phalangien. Le chirurgien orthopédiste s’appuie également sur un bilan radiologique, éventuellement complété par une échographie et/ou IRM pour estimer l’atteinte subie par les autres orteils.

La chirurgie de l’hallux valgus

L’intervention chirurgicale est envisagée après épuisement des solutions médicamenteuses ou orthèsiques. Parmi elles :

  • L’adaptation du chaussage à l’évolution de l’hallux valgus. Pour les formes modérées, cette solution est souvent efficace. Le choix de chaussures adaptées à la forme du pied, associées dans certains cas à des orthèses plantaires ou des orthoplasties, apporte un réel soulagement au patient.
  • En cas de douleurs, un traitement médical antalgique est prescrit. Il soulage les douleurs, mais il n’est en aucun cas la solution pour corriger la déformation ou freiner son évolution.

Lorsque les méthodes médicamenteuses et orthèsiques sont inefficaces, le chirurgien orthopédiste vous propose une intervention. Elle est prescrite quand la douleur et le chaussage deviennent limitants pour votre activité normale.

En quoi consiste l’opération d’un hallux valgus ?

Hallux valgus opéré par le Dr Fournier, chirurgien orthopédiste Rennes/Cesson-Sévigné.

Hallux valgus sur patiente de 53 ans. L’intervention chirurgicale consiste en une ostéotomie de M1 en chevron avec ostéotomie variante de P1 (Akin). Photo Dr Fournier/Ircoms Rennes.

Votre chirurgien orthopédiste vous expose, en fonction de votre cas personnel, les solutions envisagées. L’objectif est de corriger la déformation du gros orteil, en éliminant la bosse caractéristique de l’hallux valgus, et de le réaxer. L’intervention chirurgicale porte sur les os et/ou les tendons et ligaments.

Le chirurgien détermine la technique employée en fonction de plusieurs paramètres déterminés lors de la consultation et des examens préparatoires : l’importance de la déformation, l’âge du patient et l’existence éventuelle d’une arthrose.

Les techniques conventionnelles utilisent une incision de moins de cinq centimètres, permettant, sous contrôle de la vue de corriger la déformation. Les techniques percutanées utilisent plusieurs incisions millimétriques, permettant le passage d’instruments guidés sous la peau par un contrôle radiographique. Les techniques mini-invasives sont un intermédiaire des deux autres.

L’exposé détaillé de toutes les techniques opératoires de l’hallux valgus dépasse le cadre de cet article. Votre chirurgien orthopédiste est seul habilité à définir la solution qui vous apportera rapidement, dans les meilleures conditions et de manière durable une totale récupération de votre mobilité et la fin des douleurs associées à l’hallux valgus.

Par le Docteur Yohann Fournier, chirurgien orthopédiste à l’IRCOMS.

Dr Yohann Founier, chirurgien orthopédiste du pied à RennesLe Docteur Yohann Fournier est titulaire d’un DESC Chirurgie orthopédique et traumatologique délivré par la Faculté de Médecine de Rennes. Il est également titulaire d’un DIU Arthroscopie de la Faculté de Médecine de Rennes, et d’un DU de Microchirurgie de la Faculté de Médecine de Caen.

Le Docteur Yohann Fournier reçoit en consultation au sein de l’Institut Rennais de Chirurgie Orthopédique et de Médecine du Sport de Cesson-Sévigné. Il intervient dans le cadre de l’Hôpital Privé Sévigné (Ille-et Vilaine).